Onzième station

Jésus est attaché à la Croix

Adoramus te, Christe, et benedicimus tibi.
Nous vous adorons, ô Jésus, et nous vous bénissons !
Quia per sanctam Crucem tuam redimisti mundum.
Parce que vous avez racheté le monde par votre sainte Croix.

Considérons Jésus-Christ s’offrant à ses bourreaux pour être crucifié et s’étendant lui-même sur l’arbre de la Croix. Quel tourment ne dut-il pas endurer, dans le temps que les coups de marteaux enfonçaient les clous dans ses pieds et dans ses mains adorables ! Alors sa chair se déchire, ses os se froissent, ses nerfs se rompent, ses veines se brisent : le sang coulant à grands flots épuise ses forces et ajoute à de si horribles supplices celui de la soif la plus ardente.

Ô péché, maudit péché ! c’est toi qui fus la cause de cette mer de douleurs dans laquelle nous contemplons la victime de notre salut. Ah ! Chrétiens, quel excès d’amour ! quelle immense charité ! Qu’à cette vue nos coeurs se déchirent et s’embrasent ! Qu’ils renoncent à tous les plaisirs de la terre. Qu’ils soient sans cesse crucifiés avec celui de Jésus et que nos yeux versent jour et nuit des torrents de larmes.

Pater noster, etc.
Notre Père, qui êtes au cieux, etc.
Ave, Maria, etc.
Je vous salue, Marie, etc.
Gloria Patri, etc.
Gloire au Père, etc.
Miserere nostri, Domine
Ayez pitié de nous, Seigneur.
Miserere nostri
Ayez pitié de nous.
Fidelium animae per misericordiam Dei requiescant in pace.
Que par la miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.
Amen.
Ainsi soit-il.

Station suivante